Les appareils anti-ronflements

Écrit par les experts Ooreka

Plusieurs appareils ont été conçus pour réduire de façon mécanique le risque de ronflement.

Lit machine respiratoire masque bleu

Le principe : ouvrir les voies respiratoires

Les appareils contre le ronflement ont tous le même mode d'action : ils permettent de maintenir les voies respiratoires ouvertes, afin d'éviter leur affaissement et les vibrations.

Ils sont faits pour être portés toutes les nuits, ce qui peut être difficile à accepter au début, d'autant qu'un temps d'adaptation est souvent nécessaire pour ne plus être gêné par l'appareil.

Mais en général, leur efficacité est très bonne contre le ronflement et les apnées, et ils permettent de rétablir un sommeil profond de manière simple.

Trois types d'appareils anti-ronflement

Il existe trois types principaux d'appareils anti-ronflement :

  • L'orthèse dentaire anti-ronflement : c'est une gouttière en plastique moulé, qui permet d'avancer la mâchoire inférieure et de dégager la langue pour faciliter le passage de l'air.
  • L'appareil de ventilation (CPAC) : c'est le traitement de référence contre les apnées du sommeil, et le seul à être remboursé. Il s'agit d'un masque relié à une machine qui envoie de l'air sous pression dans le pharynx, pour maintenir les parois respiratoires ouvertes.
  • La canule souple anti-ronflement : il s'agit d'un tube souple en silicone que l'on introduit dans la bouche pour que l'air inspiré aille directement au fond de la gorge, dans le larynx.

Dans tous les cas, consultez la rubrique conseils anti-ronflement, et adoptez les conseils !

Bon à savoir: il existe des appareils moins onéreux facilement disponibles en pharmacie comme la bague d'acupression anti-ronflement ou le spray anti-ronflement, pensez également à les tester.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !