Aromathérapie et phytothérapie anti-ronflement

Écrit par les experts Ooreka

Comme l'acupuncture, l'homéopathie, la phytothérapie et l'aromathérapie sont une médecine douce (utilisation de plantes) qui ne fait pas appel aux médicaments classiques ou à la chirurgie.

Huile essentielle lavande

Principe de la phytothérapie et de l'aromathérapie

La phytothérapie et l'aromathérapie consistent à utiliser des extraits de plantes ou des huiles essentielles pour atténuer certains symptômes, dont le nez bouché qui peut être responsable de ronflements.

Ces méthodes thérapeutiques se fondent sur l'action des plantes médicinales.

Les huiles essentielles et les plantes anti-ronflement

Dans le cas du ronflement, les plantes peuvent surtout être utiles pour :

  • décongestionner le nez bouché ;
  • faciliter la respiration ;
  • lubrifier les voies respiratoires pour empêcher les vibrations.

Voici quelques exemples de plantes utilisées contre le ronflement :

  • Huiles essentielles de lavande, de thym et d'eucalyptus pour faciliter la respiration.
  • Les huiles de menthe, de mélisse et l'aloe vera pour raffermir les tissus mous de la gorge.
  • La gomme de xanthane ou la pectine qui lubrifient les voies respiratoires.
  • Certaines plantes sont utiles en cas de difficultés d'endormissement ou de sommeil agité : teinture mère de Melilotus, de valériane, de pavot de Californie..., tisane de fleur d'oranger, de valériane, d'aubépine...

En pratique

Ces actifs naturels sont souvent proposés en spray anti-ronflement vendus en pharmacie.

Les huiles pour déboucher le nez peuvent être vaporisées sur un mouchoir ou sur l'oreiller, ou diffuser dans un brûle-parfum.

Le coût est très variable, mais est d'environ 5 € pour 10 ml d'huile essentielle. Quant aux sprays, leur prix autour de 12-20 €.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !