Rééducation anti-ronflement

Écrit par les experts Ooreka
Examen palais femme docteur

Pour diminuer ou stopper les ronflements, il existe différents moyens qui répondent aux différentes causes du ronflement :

La rééducation consiste à faire une série d'exercices pour raffermir les muscles de la bouche et de la langue et éviter leur affaissement, en cause dans le ronflement.

Principe de la rééducation anti-ronflement

La rééducation peut se faire seul ou à l'aide d'un orthophoniste. Elle vise à :

  • Raffermir le voile du palais pour qu'il occupe moins d'espace et laisse passer l'air.
  • Remonter la base de la langue et la fortifier, car si celle-ci est trop en arrière dans la bouche elle a tendance à obstruer les voies respiratoires, d'où le ronflement.

Une étude récente a montré qu'un programme d'exercice bien conduit permettait de réduire de 40% la gravité des symptômes d'apnée du sommeil.

Les exercices de rééducation en pratique

Plusieurs séries d'exercices, à faire deux fois par jour, permettent de fortifier les muscles de la langue et de la mâchoire et ainsi diminuer les ronflements :

  • Tirer la langue le plus possible, tenir la position et relâcher. On peut essayer de toucher son nez à sa bouche avec le bout de sa langue.
  • Appuyer sur différents endroits du palais en promenant la langue, pendant 3 minutes.
  • Pousser avec sa langue sur les incisives du bas pour remonter la base de la langue.
  • Le chant est aussi un bon exercice pour renforcer les muscles de la gorge, en prononçant une voyelle de façon intermittente (A-A-A) pendant 3 minutes.
  • Exercices de mastication et de déglutition.

Important : contre les affaissements des muscles de la bouche, des appareils anti-ronflement sont également commercialisés.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !